Assemblée plénière – Discours d’ouverture de la présidente de Région, Carole Delga

Retrouvez le discours de Carole DELGA prononcé à l’ouverture de l’Assemblée Plénière de la Région Occitanie le 19 novembre 2020.

Mes chers collègues,

Nous nous réunissons à nouveau dans un format particulier ce jour en raison de la crise sanitaire qui continue à frapper durement de nombreuses familles du pays et d’Occitanie, puisque notre région a dépassé le cap des 1000 victimes. Une crise qui s’est transformée en crise économique et sociale aigüe, notamment une précarité toujours plus forte pour les plus modestes. Un climat lourd, anxiogène pour nos compatriotes, d’autant que se rajoutent ces dernières semaines des attentats islamistes qui ont visé un enseignant de l’école de la République et une église à Nice.

La situation dans laquelle nous nous trouvons demande sang-froid et responsabilité.

Face à cette situation exceptionnelle, la Région a fait, depuis mars, des choix et pris des décisions fortes qui vont au-delà de ses compétences mêmes.

Je tiens d’ailleurs à saluer la mobilisation de l’ensemble des services du Conseil Régional depuis le début de cette terrible épidémie qui démontre la nécessité d’avoir des services publics forts dans notre pays.

Cette pandémie affecte nos concitoyens, au-delà même de ceux qui en sont directement atteints. La vie de nos concitoyens a changé. Les enfants ne voient plus leurs grands-parents, on ne voit plus ses amis, on n’a plus d’activité en dehors du travail. On ne se déplace plus…

Je voudrais juste que nous ayons en tête que nos concitoyens sont pour certains en détresse, fragilisés ou se sentent de plus en plus vulnérables. Et que tous ont besoin d’humanité, d’empathie. Et d’aide, bien sûr pour faire face à la situation sanitaire, sociale et économique.

C’est notre rôle et nous l’assumons pleinement.

 

Face à ces crises, l’Occitanie est la Région des solutions

Nous avons engagé des moyens considérables pour faire face, vous en avez une synthèse dans le rapport N°1.

Lors de la première vague, nous avions mis en place un plan d’urgence massif de 370 M€. Des dispositifs pour répondre à l’urgence et préparer la reprise. Ils ont démontré leur efficacité. En juillet, nous avons voté un plan de relance pour l’emploi de 211 millions d’euros.

Aujourd’hui nous faisons face à une nouvelle vague : nous renforçons nos dispositifs avec 22 nouvelles actions pour un nouvel engagement financier de 52 millions d’euros.

D’abord sur le plan sanitaire : par exemple, pour accompagner et protéger la communauté éducative dans les lycées, nous allons par exemple mettre en place dans les lycées des tests antigéniques, recruter des ARL supplémentaires.

Lors du premier confinement, nous n’avons pas attendu l’Etat pour distribuer les masques (22 millions). Aujourd’hui, nous élargissons ce dispositif à tous les enfants dès l’âge de 6 ans et jusqu’à 11 ans. Ces masques, fabriqués dans des entreprises ariégeoises et tarnaises, sont une démonstration de notre projet de relocalisation et de souveraineté sanitaire avec Occitanie Protect.

Nous avons également débuté avec l’ARS et la Croix Rouge une opération itinérante de dépistage, en Ariège hier, et aujourd’hui et demain dans le Gard que nous généralisons à l’ensemble de l’Occitanie.

En ce qui concerne l’accompagnement des entreprises et de leurs salariés, la Région s’est adaptée à l’évolution de la crise en complétant ses dispositifs. Nous agissons par des mesures d’urgence et par des actions pour la transformation du modèle économique. Il est illusoire de penser que tout va ou doit repartir comme avant.

Il faut profiter de cette période exceptionnelle pour poser les bases du changement

Avec 12 départements et quasiment toutes les intercommunalités de la Région, et la Banque des Territoires, nous avons créé le Fonds L’OCCAL, dédié aux entreprises du tourisme, des commerces de proximité et des artisans. Nous venons d’élargir ce Fonds aux secteurs de la culture, du sport et de l’évènementiel, avec notamment des aides pour l’accompagnement à la digitalisation.

Parallèlement, avec comme objectif de protéger les entreprises des effets de la crise et d’accompagner la reprise commerciale, la Région a lancé le PASS Rebond, dans la continuité de ses PASS existants. Pour mesurer notre effort, d’ici la fin de l’année 2020, la Région aura aidé 48000 entreprises représentant 250.000 emplois, avec une aide budgétaire de 205 millions d’euros.

Toujours dans le but de protéger nos entreprises, de répondre à l’urgence, nous mettons en place une aide spécifique pour les loyers. Cette aide va concerner 26 000 commerçants, et représente un effort budgétaire de 20 millions d’euros.

Nous avons élaboré dans des délais records des plans destinés à des filières particulièrement exposées. Il y a bien sûr le plan exceptionnel en faveur de l’aéronautique, du tourisme mais aussi celui de la viticulture ou de la pêche.

Nous accompagnons également fortement les secteurs de la culture et du sport avec le Fonds Solutions Associations qui sera prolongé en 2021 car je veux protéger nos associations qui sont au coeur du lien social dans les territoires. Un effort budgétaire sur le BP 2021 sera aussi fait pour les associations en difficulté et pour celles qui oeuvrent à la citoyenneté et à lutte contre toutes les discriminations.

Cette crise a notamment remis en question la pérennité de l’appareil productif français. Pour répondre à ces manques stratégiques dans les chaines de valeur industrielles, et reconquérir une autonomie et notre souveraineté, la Région crée l’ARIS, l’agence régionale des investissements stratégiques, pour soutenir et favoriser l’émergence de projets industriels dans les filières de la santé, l’agroalimentaire, les Energies renouvelables, du numérique et de l’économie circulaire.
Oui, on ne laisse pas tomber les entreprises, les salariés ! Pour préserver les emplois et les compétences, nous multiplions les initiatives en matière de formation. C’est le dispositif « former plutôt que licencier », mais aussi le plan Passerelles pour l’emploi, qui, en s’appuyant sur des secteurs qui recrutent et permettent d’éviter des licenciements secs.

J’en appelle également à nos concitoyens qui, au travers de l’acte d’achat, disposent du pouvoir de soutenir notre économie : les agriculteurs et les restaurants mais aussi les artisans, fabricants et commerçants d’Occitanie.
Nous avons lancé au début du premier confinement la plateforme Tous Occitariens, qui permet aux habitants de la région d’effectuer leurs achats auprès de producteurs près de chez eux. Nous en sommes à plus de 4 300 inscrits. A l’occasion de ce second confinement, nous avons ouvert la plateforme aux restaurateurs et aux traiteurs de la région.

Nous avons décidé d’aller plus loin et de créer, pour tout ce qui n’est pas alimentaire, une autre plateforme. Nous avions été précurseurs l’an passé sur le sujet du consommer local avec la campagne « Au lieu d’acheter en ligne, j’achète « DansMaZone », Sur la plateforme digitale lancée il y a une semaine, que nous avons appelé « Dans ma Zone », tous les commerçants, artisans et fabricants peuvent s’inscrire gratuitement et disposent d’une vitrine en ligne. Aujourd’hui ce sont déjà 2500 professionnels qui sont inscrits, ce qui représente près de 7000 produits référencés.

A l’approche des fêtes de Noël, on peut faire un cadeau unique, fabriqué ici en Occitanie, créateur de valeur ajoutée territoriale. Voilà pourquoi j’ai appelé à un Noël sans Amazon et je réitère ma proposition au gouvernement de taxer comme il se doit les géants de l’e-commerce. Toujours dans cet esprit de préserver notre tissu économique, et le pouvoir d’achat des familles modestes, nous maintenons le dispositif Carte Occygène, jusqu’aux vacances de février, pour soutenir le secteur du tourisme et des loisirs (300 sites partenaires).
Enfin parce que la solidarité fait partie de l’ADN même de l’Occitanie, nous relançons l’opération « Bien manger pour tous » avec l’achat, par la région, de produits frais et locaux qui sont distribués aux associations caritatives dans les 13 départements, soit près de 900 tonnes.

 

La Région veut avoir un temps d’avance sur la nouvelle économie, la transformer, elle lance l’Acte II du Green New Deal, un programme large et transversal.

Nous n’avons pas attendu la crise pour travailler au modèle de société de demain. Nous nous y sommes préparés dès 2019 avec notre feuille de route Occitanie 2040. L’exemplarité de notre démarche, je le rappelle, avait été saluée par le Haut Conseil pour le Climat.
Le Green New Deal et la Convention Citoyenne qui sont au coeur de ce projet de transformation vous seront présentés aujourd’hui. Le Green New Deal est un accélérateur, pour continuer à transformer l’économie, et avoir une relance plus verte, un monde d’après plus durable, plus local, plus juste.
L’Acte I de ce plan a été voté en juillet dernier, il portait sur la reconquête d’une alimentation saine et équilibrée accessible pour toutes et tous, permettant aux producteurs de vivre décemment. Cet acte 2 est beaucoup plus large puisqu’il s’intéresse aux enjeux liés à la santé, aux relocalisations, à l’alimentation, à l’énergie, au changement climatique.

Vous avez lu le rapport qui fera l’objet d’un débat et d’un vote toute à l’heure. Quelques mots néanmoins sur la méthode car ce que nous avons lancé est une première en France au niveau régional. Nous avons réuni 101 citoyens tirés au sort pour contribuer et nourrir notre Green New Deal, notre Plan de transformation et de développement. Ils ont échangé, se sont enrichis de leurs points de vue et au final, ils ont formulé 300 propositions dont 52 qu’ils ont jugé prioritaires. Nous en avons écarté 7 pour des motifs différents. Certains n’entraient pas dans les compétences de notre collectivité, d’autres nécessitaient d’être retravaillées et affinées. Les 45 propositions issues de la convention citoyenne ont ensuite été soumises à la votation citoyenne pendant 3 semaines sur le site laregioncitoyenne.fr. Nous avons enregistré plus de 20 000 votes. Les résultats que vous pouvez consulter montrent que nous allons dans le bon sens. Mais qu’il nous faut aller plus loin et plus vite.

Ce sont des propositions très opérationnelles pour améliorer le quotidien des habitants, mais aussi pour préparer l’avenir et faire face à l’urgence économique et climatique. Ils ont souligné dans leurs contributions l’importance d’agir pour le bien-être des habitants, pour aller vers une meilleure justice sociale. C’est ainsi renforcer les solidarités territoriales et la confiance dans l’action publique grâce au développement de nouvelles pratiques de citoyenneté, qui viennent en appui à la démocratie représentative.

Protéger nos concitoyens, c’est également en faire plus pour leur sécurité au quotidien.

J’évoquais toute à l’heure le climat anxiogène en France. La question de la sécurité est une priorité des Français. Même si ce domaine est largement et d’abord celui de l’Etat, j’ai décidé de vous proposer un plan régional de prévention, de sensibilisation et de protection vis-à-vis des violences, doté de 50 millions d’euros sur 3 ans. Un plan en 3 axes qui renforce notre action dans ce domaine depuis 2016 :

– signaler les violences, le racisme, l’antisémitisme, la radicalisation
– sensibiliser et transmettre les valeurs de la République, avec notamment la mise en place d’une Charte de la Laïcité, élaborée en lien avec le Comité régional de la vie associative, dont la signature conditionnera les aides de la Région.
– un programme de mise en sécurité à 100% des trains, des bus scolaires et de nos lycées, notamment avec la vidéo-protection.

Un engagement sans précédent grâce à une bonne gestion

Ce soutien massif pour affronter cette crise, ces plans et ses actions pour transformer notre économie, ces politiques volontaristes pour soutenir et protéger nos concitoyens demandent un engagement financier, lui aussi, sans précédent.
Nous le devons d’abord à notre gestion exemplaire depuis 2016.
Les orientations budgétaires que nous vous proposons aujourd’hui sont claires : c’est un budget solidaire vis-à-vis de tous ceux qui souffrent et vont souffrir des crises que nous vivons. C’est un budget offensif déjà tourné sur la transformation et la relance vertes. C’est un budget d’espoir car en Occitanie nous ne renonçons pas.

Voilà pourquoi l’effort financier consentit par la Région Occitanie est l’un des plus élevé de France et voilà pourquoi je continue à appeler l’Etat à nous soutenir plus fortement, parce que la relance émerge avant tout des territoires.

L’accord de partenariat du 28 septembre dernier entre l’Etat et les Régions va dans le bon sens et nous permet d’éviter une impasse budgétaire. En substituant à la part régionale de CVAE, promise à une forte baisse en 2021 et 2022, une fraction équivalente de TVA, les Régions bénéficient d’une meilleure visibilité mais cela ne règle pas tout. L’endettement régional sera plus élevé et les recettes moins dynamiques qu’auparavant, ce qui réduit nos marges de manoeuvre pour l’avenir. Madame Fita présentera en détail les enjeux et les conséquences sur la trajectoire financière.

Pour autant, nous poursuivrons en 2021 notre effort en matière d’investissement, 1,2 milliards, l’un des plus importants de France par habitant, financé à hauteur de 70% par des ressources propres. En cohérence avec notre feuille de route Occitanie 2040, nous amorçons le changement vers un nouveau modèle de développement qui répond à l’urgence climatique et au nécessaire rééquilibrage territorial et social.

L’Occitanie sera ainsi en 2021 la première région de France à initier une classification de ses dépenses sous l’angle de l’analyse « climat ». Nous déclinerons le Green New Deal régional de manière très opérationnelle avec :

– le soutien au pouvoir d’achat des familles,
– la priorité donnée à l’éducation et à la formation (continuer notamment à garantir la rentrée scolaire la moins chère de France),
– l’ambition de créer de nouveaux emplois durables dans de nouvelles filières économiques,
– des transports collectifs plus nombreux et moins chers,
– le souci d’un aménagement harmonieux du territoire.

 

Carole DELGA

Présidente de la Région Occitanie

L'actualité

La Carte Jeune Région

Étendue sur l’ensemble du territoire depuis 2017, la Carte Jeune Région est aujourd’hui l’outil incontournable pour l’ensemble des lycéen.nes et apprenti.es de la région qui font leur rentrée.

Lire +

Concertation de l’Alimentation

Participez à la grande concertation sur l’alimentation ! L’alimentation est un sujet important dans la vie quotidienne pour nos concitoyens. Ils attendent avec raison de la puissance publique des actions en matière de santé publique, de qualité des produits, mais ils se questionnent également en termes d’impacts sociétaux, économiques, agricoles, environnementaux, de lien social, d’éthique,

Lire +
Fermer le menu