Une Région bien gérée, c’est une Région qui agit !

Le 16 juillet, la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée a réuni son Assemblée Plénière dans un format restreint et contraint par la crise sanitaire. Ce jour-là, les élus régionaux ont eu à débattre du Compte administratif 2019 de notre collectivité ainsi que des plans de relances que nous engageons pour faire face aux crises sociales et économiques à venir.

Quel lien faire entre les deux, les comptes passés et nos engagements pour l’avenir ? Un lien simple et évident, c’est la qualité de notre gestion passée et la pertinence de nos choix précédents qui nous donnent, aujourd’hui, la capacité d’agir. Nous pouvons même dire, la possibilité de réagir. Et même, réagir rapidement lorsque le COVID-19 et le confinement ont déstabilisé notre économie et ont mis en péril certains de nos concitoyens.

Et il fallait avoir confiance en notre solidité financière pour faire preuve de l’adaptabilité et de la réactivité nécessaires lorsqu’en mars nous avons dû apporter une réponse rapide, nouvelle et juste face aux crises qui naissaient devant nous et qui ne sont pas terminées. Il fallait aussi avoir anticipé certains besoins et certaines évolutions dans les domaines de l’environnement, de l’économie, des solidarités, de la santé et des proximités.

Mais agir ponctuellement et rapidement ne serait rien si nous n’avions pas eu la capacité à entrainer les autres autour de nos mesures d’urgence et dans des fonds structurels pour participer à la relance dont notre territoire régional et notre pays a besoin. Acteurs privés, forces économiques, Départements, Intercommunalités ou communes, nombreux ont répondu présent et ont choisi l’union pour être plus forts au service de tous.

Pour être utiles et efficaces, il nous fallait aussi nous inscrire dans des plans de relance durables qui aillent au-delà du besoin de réactivité lié au confinement. Ils ont été adoptés lors de notre Assemblée plénière de juillet. Ils concernent notre attractivité avec le tourisme, l’aéronautique, et la viticulture. Ils viennent soutenir le secteur du bâtiment et des travaux publics avec notamment la rénovation énergétique des bâtiments. Ils misent sur la formation plutôt que sur le chômage. Ils agissent pour la relocalisation des activités économiques grâce à la mise en place de nouveaux outils stratégiques.

Surtout, ils s’inscrivent dans un ensemble plus vaste que nous construisons depuis 2016 et qui vise à bâtir un modèle de société nouveau, plus juste et plus durable. Nous l’accentuons au travers du « Green New Deal » où nous travaillons à renforcer la résilience et l’adaptation de nos territoires face au changement climatique.

Et lorsque nous faisons ces choix, nous les faisons toujours avec l’envie de fédérer les habitants, les différentes institutions et les divers niveaux de décision et d’action. Nous les faisons également en donnant à la citoyenneté, donc à la participation citoyenne, le statut de socle du développement régional. Notre développement ne sera juste et durable que s’il est co-construit et partagé. C’est le sens de la création de la convention citoyenne.

Ces choix, qu’ils soient faits pour répondre à l’urgence ou qu’ils s’inscrivent dans un temps plus long, nous pouvons les faire car nous avons préservé nos finances : autofinancement en hausse, investissements financés à 85% par nos ressources propres, taux de réalisations honorables et capacité de désendettement maintenue. Une bonne gestion financière qui nous permet d’agir pour vous !

 

Christian ASSAF,

Président du Groupe Socialiste, Républicain et citoyen de la Région Occitanie

L'actualité

Réforme de l’apprentissage : 3 questions à Emmanuelle Gazel

Le Premier ministre a présenté le projet de réforme de l’apprentissage le mois dernier. Enjeux, conséquences… nous revenons sur les principaux points de la réforme avec Emmanuelle GAZEL, Vice-présidente de la Région Occitanie en charge de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Lire +
Fermer le menu