• suivez nous sur
  •  
  • Accueil
  • VOEU – « Non à l’augmentation des frais d’inscriptions des étudiants étrangers extra-communautaires »

VOEU – « Non à l’augmentation des frais d’inscriptions des étudiants étrangers extra-communautaires »

Vœu déposé par les groupes Socialiste Républicain et Citoyen, Nouveau Monde, et Radicaux

 « Non à l’augmentation des frais d’inscriptions des étudiants étrangers extra-communautaires »

Avec 35 écoles et universités d’excellence proposant des cursus variés et innovants, et près de 250 000 étudiant·e·s, la Région Occitanie fait de l’enseignement supérieur et de la recherche une force pour nos territoires.

Lundi 19 novembre 2018, dans le cadre du lancement de la campagne « Bienvenue en France / Choose France » destinée à améliorer l’attractivité de la France auprès des étudiant·e·s internationaux, le Premier Ministre, Edouard Philippe a annoncé la hausse des droits d’inscription pour les étudiant·e·s étranger·e·s issus des pays hors de l’Union européenne.

Cela parait irréaliste lorsque l’on sait que ces frais d’inscription pourraient passer respectivement de 170 € à 2 770 € pour les étudiants s’inscrivant en licence et de 243 € à 3 770 € pour les étudiant.e.s s’inscrivant en master.

Cette mesure, bien que s’intégrant dans un plan plus large, ne parait s’expliquer que par une volonté comptable d’agréger de nouvelles recettes sans en mesurer l’impact pour l’enseignement supérieur comme pour l’accueil des étudiant.e.s étranger.ère.s en France. Etudiant.e.s étranger.ère.s dont le nombre pourrait diminuer à l’inverse de la volonté affichée par le Gouvernement. Les premières victimes de ce choix seraient indubitablement les étudiant.e.s les plus précaires et les étudiant.e.s boursier.ère.s de pays en voie de développement.

Pourtant, les universités françaises ont, de tout temps, été un lieu d’accueil et d’émancipation pour des étudiant.e.s venu.e.s à la fois acquérir des connaissances et partager leur propre savoir. Cette position était celle d’un pays humaniste et ouvert pour qui la sélection ne devait pas se faire par l’argent mais uniquement par les possibilités de chacun à poursuivre un parcours universitaire, avec une solidarité inhérente à cet esprit.

Pourtant, l’accueil d’étudiant.e.s étranger.ère.s permet à la recherche et aux universités françaises d’accueillir des talents, de s’enrichir de cet échange et de susciter des avancées et découvertes profitables à l’attractivité de nos universités et de notre nation.

Pourtant, l’accueil d’étudiant.e.s étranger.ère.s est un vecteur de dynamisme pour la francophonie que nous devons soutenir. En effet ces étudiant.e.s, une fois rentré.e.s dans leur pays d’origine deviennent les meilleurs ambassadeurs de la langue et de la culture française.  Leur contribution est d’autant plus précieuse face à l’essor de la langue anglaise dans une économie mondiale fortement concurrentielle

Pourtant, l’accueil d’étudiant.e.s étranger.ère.s fait partie d’une ambition plus large liant le développement international et la solidarité internationale tout comme, par réciprocité, il contribue à la mobilité des étudiant.e.s français.e.s dans des universités étrangères pour qui nous devons tout mettre en œuvre afin qu’ils bénéficient des mêmes conditions d’études.

C’est donc une partie de l’Histoire de notre pays et de nos universités qui est niée avec cette décision. Cette Histoire est celle de la voix que la France veut porter dans le Monde, composée notamment de l’universalisme, de la solidarité et de la place de l’Education comme moyen d’émancipation et comme levier contre les obscurantismes. Cela est vrai dans la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, terre d’accueil, de culture et de partage, qui reçoit, dans ses universités, 28 150  étudiant.e.s et chercheur.se.s étranger.ère.s, ce qui participe à la renommée de nos établissements d’enseignements et à l’attractivité de notre territoire régional, ce qui contribue au rayonnement de nos universités et de notre Région au travers des étudiant.e.s qu’elle accueille et forme qui, par la suite, portent notre image à travers le Monde.

Pour celles-ci, pour le dynamisme de l’enseignement supérieur dans notre Région et en France, ainsi que pour nos valeurs humanistes et solidaires, les élu.e.s de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, réuni.e.s en Assemblée plénière, ce 20 décembre 2018 :

  • soutiennent et relaient la démarche des Président·e·s d’Universités réuni·e·s en Conférence des Présidents d’Université (CPU) le 10 décembre dernier, demandant au gouvernement de suspendre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant·e·s extra-communautaires,
  • demandent à leur tour au Gouvernement de renoncer à cette mesure injuste et contre- productive.

 

Nadia PELLEFIGUE                                   

Vice-Présidente                                         

Développement économique, Recherche, Innovation, Enseignement supérieur            

 

Guillaume CROS                

Vice-Président

Affaires européennes, Fonds structurels,  

Coopération au développement

 

Hussein BOURGI

Conseiller Régional

 

Christian ASSAF                                                               

Président du groupe SRC        

 

Véronique VINET

Co-Présidente du groupe Nouveau Monde

 

Nicolas COSSANGE

Co-Présidente du groupe Nouveau Monde                  

 

Sylvia PINEL

Co-Présidente du groupe des Radicaux

 

Didier CODORNIOU

Co-Présidente du groupe des Radicaux

Newsletter

logo GSRC

Site de Toulouse:

Hôtel de Région Toulouse
22, boulevard du Maréchal-Juin
31406 Toulouse Cedex 9

Site de Montpellier :

Hôtel de Région de Montpellier
201 avenue de la Pompignane
34064 Montpellier cedex 02